Posted by: bongoyok | December 23, 2014

POEME EN HOMMAGE AU PROFESSEUR ISAAC ZOKOUE

Faut-il que ta plume se casse

Au moment où les sectes passent

Et les faux docteurs terrassent

Des âmes faibles et lasses

Dans un contexte tenace

Où des dangers menacent

Tant le fond que la surface ?

 

Faut-il que ta voix se taise

Au moment où la RCA est dans la braise ;

Toi qui fis de la paix ta principale thèse

Et œuvras pour que ton pays soit à l’aise 

En dépit de la danse des punaises

Qui des centrafricains aggravent le malaise

Alors qu’ils languissent après un dièse?

 

Faut-il que ta présence

Nous prive de sa plaisance

Au moment où la nuisance

Avec la force de sa brisance

Vole à l’Eglise sa luisance

Et étale ses insuffisances

Sur le marché de la complaisance ?

 

Tu étais pour nous un père ;

Garant d’une théologie prospère

Dans un monde plein de vipères,

De loups religieux et de leurs compères.

Ils détournent les saints du bon repère

Et dévorent les conseillères et les conseillers

qui couronnent les collines de prières.

 

Tu étais pour nous un appui.

Tu étais pour nous un puits,

Une source d’eau sous le soleil qui cuit,

Une source de courage dans la nuit,

Une tranche du futur dans l’aujourd’hui,

Un abri amical sous la pluie,

Un modèle, une fierté, un parapluie.

 

Ton départ, ô Professeur Zokoué,

Nous prive d’un théologien surdoué !

Le monde évangélique est secoué.

Avec quelle main allons-nous jouer

Quand le rythme nous a déjoué ?

C’est avec un concert de voix enrouées

Que nous pleurons de l’Algérie au Zimbabwe.

 

Eternel, Toi qui nous as donné notre aîné

Et l’a repris dans la céleste trainée,

Donne à nos âmes gangrenées

La force d’être entraînées

Dans une louange que ne peuvent freiner

Ni la douleur, ni le cœur peiné ;

Car notre espérance est toujours oxygénée.

  

Moussa Bongoyok

Suite au décès de l’un de ses meilleurs encadreurs spirituels, le Professeur Isaac ZOKOUE (17 Septembre 1944 – 12 Septembre 2014).

Le Professeur ZOKOUE a été promu en gloire le Vendredi 12 Septembre (précisément dans la nuit du 11 au 12 Septembre) 2014 à Bangui (RCA). Il est mort des suites d’une longue maladie. Prions pour sa femme Odette et leurs enfants.

 © Copyright, 2014 by Moussa Bongoyok.

Posted by: bongoyok | December 23, 2014

POEME EN HOMMAGE AU PASTEUR RENE DAIDANSO

Tremblez, baobabs d’Afrique !

Rampez, montagnes du Sahel !

Tordez de douleur, Logone et Chari !

Empruntez aux aigles leurs ailes, éléphants d’Afrique !

Notre père Daïdanso s’est envolé.

Les orphelins spirituels crient à travers le monde entier,

Mais l’univers est devenu subitement sourd.

Une plume de coq a terrassé les lutteurs de Fianga.

Un tsunami secoue le monde évangélique.

L’un après l’autre nos ainés nous quittent

Sans nous laisser le temps d’essuyer nos larmes.

Le film du temps de Job revient en force

Brisant au passage les caméras de Hollywood.

Entendez-vous les lamentations des forêts africaines ?

Observez-vous les pas de danse funèbre du Kilimandjaro ?

Entendez-vous le sable du Sahara dire : « Oh ! Oh ! Oh ! » ?

Où est Ngarasso ?

Où est Kouadio ?

Où est Daïdanso ?

Les pieds les plus beaux

Sont partis en lambeaux…

Devant cet océan ténébreux de tombeaux,

O Dieu, fais-de nous des flambeaux !

Que nos cris de douleur deviennent un humble paquebot

De pèlerins qui marchent sur les traces des aînés fidèles et super globaux

Qui ont eux-mêmes suivi l’exemple du Seigneur de la terre et des eaux!

Moussa Bongoyok

La Mirada, CA (USA)

Suite au décès de son père spirituel, le Pasteur René DAIDANSO MA DJONGWE.

Le papa DAIDANSO été promu en gloire le samedi 27 Septembre 2014 à 18h dans son domicile à N’Djaména (Tchad). Il est mort des suites d’une longue maladie. Prions pour sa femme Martine et leurs enfants.

© Copyright, 2014 by Moussa Bongoyok.

Posted by: bongoyok | August 20, 2011

Poème : Dans la main du divin potier

Seigneur, comme un potier façonne ma vie.

Je suis de l’argile sale et poursuivie.

Fais de moi un reflet de ton intégrité.

Fais de moi un creuset de ta tranquillité,

l’un des plus propres vases d’honneur

pour ta gloire ;

un tambour parfumé du bonheur

de l’histoire.

 

Que chaque fibre de mon âme reflète ta beauté,

ton trésor d’amour  inconditionnel et ta sainteté!

Comme un doux ouragan de ta paix

qui danse au rythme de tes bienfaits

vivement

constamment

fidèlement

et calmement.

Moussa Bongoyok

© Copyright , Moussa Bongoyok, 2011

(Poem composed on August 17, 2011during the Biola Faculty Retreat at Hyatt Resort Indian Wells, CA.  )

Posted by: Daniel Kambou | June 21, 2010

Être disciple, mais de qui?

La foi à l’épreuve

D’aucuns témoignent que des chrétiens, et non des moindres, continuent de consulter des féticheurs ou des marabouts dans les moments difficiles de leur vie. Il semble même que certains leaders d’églises pactisent eux aussi avec des forces occultes afin d’être capables d’opérer des miracles et d’attirer des foules dans leurs assemblées. Nous devons nous méfier de telles accusations, car l’ennemi est capable de salir des chrétiens et des serviteurs de Dieu authentiques. Cependant, il n’en demeure pas moins que de manière générale, le danger de l’apostasie guette l’Église en Afrique. Ce n’est pas pour rien que le Seigneur lui-même dit : «quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?» (Luc 18 :7) L’inquiétude du Seigneur nous fait penser aux moments difficiles par lesquels la foi des chrétiens sera soumise. L’apôtre Paul écrit que ces temps pousseront certains à prostituer la foi (1Timothée 4 :1).

L’évangéliste Matthieu qualifie cette prostitution de la foi chrétienne «d’abomination de la désolation établie dans le lieu saint» (24 :15), et Marc parle de «l’abomination de la désolation là où elle ne doit pas être» (13 :14). Ces avertissements interpellent à la vigilance et non à un esprit de condamnation. Si l’Église est appelée à dénoncer sans complaisance le mal sous toutes ses formes, c’est dans l’ultime but de créer un cadre saint caractérisé par l’amour pour accueillir et éduquer ceux qui,  dominés par le mal, s’en repentent sincèrement grâce à la puissance du Christ ressuscité et au témoignage qui lui est rendu. En d’autres termes cette situation pousse à revoir nos stratégies de formation du chrétien. L’impératif missionnaire de Matthieu 28 :18-20 ordonne la formation de disciples, toutefois, quels genres de disciples formons-nous aujourd’hui?  De qui sommes-nous disciples? Nous allons proposer quelques idées pour ouvrir les partages.

Apprenons du Seigneur sa stratégie de faire des disciples

L’évangéliste Matthieu met en évidence une démarche que le Seigneur Jésus lui-même a suivie pour la formation des disciples. Sept éléments importants se dégagent de l’étude de ce livre et constituent des pistes pour la formation. Il montre :

1) le choix des disciples (Matthieu 4 : 19-22 ; 10 : 1-4)

2) la formation par la transmission des savoirs (Matthieu 5-7 ; 10 ; 13 ; 18 ; 24-25);

3) la formation par la pratique : Stage missionnaire (Matthieu 10);

4) la formation par l’exemple (Matthieu 20 : 20-28);

5) la formation par le rituel (Matthieu 26 : 26-29);

6) la formation par la vie du Maître à travers :

  • le rite initiatique (Matthieu 3 :13-17 ; 4 : 1-11);
  • la vie de prière (Matthieu 14 : 23 ; 26 : 36, 39, 42, 44);
  • le ministère de la parole (Matthieu 5-7 ; 10 ; 13 ; 18 ; 24-25);
  • le ministère d’actions sociales par :
    • l’assistance en santé physique (Matthieu 8 : 1-15 ; 9 : 35);
    • l’assistance en santé mentale (Matthieu 8 : 16-17 ; 28-34);
    • l’assistance alimentaire (Matthieu 14 : 13-21 ; 15 : 32-39);
    • la défense des droits humains (Matthieu 19 :13-15 ; 26 : 7-13).
  • les rapports
    • avec les disciples (Matthieu 10 : 24 :25 ; 12 : 47-50 ; 28 :10)
    • avec les marginaux (Matthieu 9 : 9-13 ; 11 : 19)
    • avec le peuple (Matthieu 7 : 28 ; 9 : 36 ; 14 :14)
    • avec ses opposants (Matthieu 16 :1-4 ; 19 :1-9 ; 22-23)
  • la passion (Matthieu 26-27)

7) les dispositions pour le suivi (Matthieu 28 : 20)

La fin de ce livre souligne les traits caractéristiques de la mission des disciples. L’autorité et la présence du Christ ressuscité rassurent celui qu’il envoie en mission dont le point focal est la formation des disciples. Tout pasteur conscient de la vocation missionnaire de l’Église ne pourra s’empêcher de donner une place de choix à une telle démarche dans son programme.

Apprenons nous-mêmes à vivre comme disciple

Combien il est facile d’enseigner aux gens comment être un disciple! Mais sommes-nous prêts à apprendre à vivre comme disciple? Le Christ n’a pas envoyé ses disciples vers les nations à la légère. Il les a d’abord introduits dans une relation d’apprentissage. Aujourd’hui nous avons une croissance extraordinaire des églises en Afrique, mais à voir de prêt c’est une croissance en nombre mais moins en qualité. Plusieurs chrétiens sont plutôt des disciples de leurs pasteurs que ceux du Seigneur. Certains pasteurs ont consciemment ou inconsciemment usurpé la place du Maître, puisque les membres de leurs assemblées ne jurent que par eux. Quand des chrétiens s’absentent du culte parce que leur pasteur est en voyage, cela peut être révélateur de problèmes spirituels sérieux qu’il convient de régler.

Il existe en outre des pasteurs qui sont de véritables bourreaux des églises. Leur odeur de mort est plus forte que leur odeur de vie (2 Corinthiens 2 :16). Ils en perdent plus qu’ils n’en gagnent pour le Seigneur, ou ils gagnent beaucoup, mais les dispersent involontairement. Tout pasteur veut pourtant que l’église qui est sous sa responsabilité croisse et fasse avancer le Royaume par l’annonce de la Bonne Nouvelle du salut. Répandre donc la vie est l’un des objectifs du pasteur et de tout chrétien authentique. Mais, comment faire pour semer plus de vie que de mort dans notre ministère?

L’inscription pour toute formation est généralement soumise à la satisfaction de certains critères, notamment les conditions à remplir au préalable et des frais à payer. Ce sont des exigences qu’on ne peut ignorer. De même, pour être disciple de Jésus, il y a une démarche à suivre. Celle-ci ne constitue aucunement une litanie de règles, une liste de loi à observer. Loin d’être du légalisme, c’est plutôt «un processus sans fin, un apprentissage où il n’y a pas de diplôme, car le but est d’arriver à être parfait comme le Père céleste est parfait  (Matthieu 5 : 48)1 ». Cette démarche prend sa source en Dieu et suivie par l’homme de façon volontaire, constituant dans une certaine mesure les critères d’admissibilité.  Pour apprendre à l’école de Jésus il faut : l’appel et la réponse à cet appel. Ensuite suivent l’entraînement avec ses implications. Sans ces pas la formation des disciples et l’approfondissement de la vie de disciple s’avèrent difficiles.

La finalité de la formation des disciples

La finalité de cette formation n’est pas seulement l’accumulation d’une somme de doctrines ou de pratiques, mais c’est prioritairement la communication d’un état d’esprit, qui débouche sur une transformation progressive du caractère dont les fruits se concrétisent par des comportements et des actions à la seule gloire de Dieu le Père. Ainsi le disciple meurt en lui pour que se forme l’image du Fils, et cela est un processus sans fin. En effet, quand Jésus détermine «les frais d’inscription de son école», il nous montre un exemple très éclairant dans Luc 14:28-33. Il dit : « faites bien vos calculs avant de commencer de peur qu’il ne vous arrive le sort de cet homme qui se mit à construire une tour, et parce qu’il n’avait pas bien calculé ses dépenses, dut s’arrêter en chemin, devenant ainsi la risée de tous. » Si nous ne pouvons pas satisfaire ces critères d’inscription pour être admis dans le cercle des disciples, nous ne pourrons pas non plus faire face aux exigences d’approfondissement.

Nous nous laissons souvent influencer par ce que le monde présente comme modèle et nous ne nous rendons pas toujours compte des dangers que cela peut constituer pour notre vie. C’est ainsi qu’une confusion règne entre le disciple de Jésus, le disciple d’un leader d’église, le fanatique et l’adepte de dénomination. Être un disciple c’est être un apprenant qui n’a jamais fini d’apprendre et dont le but est de reproduire ce qu’il a vu et appris chez son maître. La mission de l’Église aujourd’hui est moins de faire des membres d’Églises que former des disciples. Cela est au cœur de l’impératif missionnaire (Matthieu 28 :18-20). Les efforts humains ne parviendront jamais à réaliser un tel programme; sans le concours de Dieu, toute tentative serait vaine. C’est pourquoi Dieu prend l’initiative en introduisant le disciple dans un réseau de relation. (à suivre)

Daniel Kambou

Posted by: bongoyok | May 23, 2010

POUR TA CREATION, MERCI SEIGNEUR

Pour le bon ciel

Que tu as créé,

Pour l’arc-en-ciel,

Je te loue seigneur.

Pour cette terre

Que tu as créée,

Pour ta lumière,

Je te loue Seigneur.

Pour l’arbrisseau

Que tu as créé,

Pour le bouleau,

Je te loue Seigneur.

Pour les saisons

Que tu as créées,

Pour les chansons,

Je te loue Seigneur.

Pour la chaleur

Que tu as créée,

Pour la fraîcheur,

Je te loue Seigneur.

Pour tous les veaux

que tu as créés,

pour les oiseaux,

Je te loue Seigneur.

Pour l’être humain

Que tu as créé,

Pour les copains,

Je te loue Seigneur.

Pour tous les jours

Où je suis heureux,

Ou malheureux,

Je te loue toujours.

(Composé à Mokolo en 1988)

Extrait de Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena, CA, 2002) p. 49.

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2002.

Posted by: bongoyok | May 15, 2010

L’ETERNEL VEILLE

L’Eternel veille sur tous  les siens

Mieux que le pasteur sur ses paroissiens

L’Eternel accorde du bon refuge

Même au cœur d’un très puissant déluge.

L’Eternel connaît ce qui se trame

Il voit les complots des “mangeuses d’âme”.

Il connaît les mondains et les sorciers

De chacun il suit de près le dossier.

L’Eternel connaît aussi les mystiques

Qui font d’étranges rebonds touristiques

Il connaît tout ce qu’ils font dans la nuit

Ils auront bientôt de pires ennuis.

L’Eternel connaît assez tous ces hommes

Nommés « mangeurs d’hommes », « buveurs de sang »

Ouvriers du malin pendant le somme

Et se vantant d’être les plus puissants.

Il en est un seul qui est Tout Puissant

C’est l’Eternel, le Seigneur des armées

Vous tous qui versez du sang innocent

Votre milice  sera bientôt désarmée.

En attendant le jour du jugement

Votre action est déjà limitée.

Le Seigneur sauve efficacement

Et met les siens hors de votre portée.

Magiciens, ne vous trompez pas vous-mêmes

Satan votre chef a été vaincu

Quand en serez-vous enfin convaincu

Croirez-vous en Jésus qui vous aime ?

Extrait de Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena, CA : Trinity Press, 2002) p. 30.

© Copyright by Moussa Bongoyok, 2002.

Posted by: bongoyok | May 10, 2010

QUI ENVERRAIS-JE?

Me voici ô Seigneur!

Envoie ton serviteur.

La moisson est très grande

Et ta voix nous demande :

Qui enverrais-je ?

Le défi est très grand,

J’en suis vraiment conscient,

Mais tu es là toi-même,

Et je sais que tu m’aimes :

Qui redouterais-je ?

Les témoins du passé,

Avec leur sang versé,

Ont bravé la vie dure,

Conduits par ta main sûre.

Et moi, que ferais-je ?

Je veux les imiter

Sans jamais te quitter

Pour que dans ma faiblesse

L’Ennemi ne me blesse :

Sans toi, que pourrais-je ?

Je veux t’être fidèle,

Te servir avec zèle,

Jusqu’au jour du sommeil,

Du retour sans pareil.

Oh ! Quel bonheur aurais-je !

Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena, CA: Trinity Press, 2002) p. 52.

(c) copyright by Moussa Bongoyok, 2002.

Posted by: bongoyok | May 2, 2010

QUI EST EVANGELIQUE?

Voir

Et faire semblant de ne pas voir

Entendre

Et faire semblant de ne pas entendre

Parler

Sans réellement parler

Est-ce cela être évangélique ?

Trop critiquer

Et n’écrire qu’avec parcimonie

Trop prêcher

Et n’agir que timidement

Trop s’enfermer

Et voir les hérétiques partout

Est-ce cela être évangélique ?

Former au rabais

Les serviteurs de Dieu

Se garder de dire non

A l’injustice sociopolitique

Se cacher

Pour murmurer

Est-ce cela être évangélique ?

Etre ouvert

Mais fidèle à la Parole infaillible de Dieu

Dénoncer le mal

Dans le respect et l’amour

Transpirer

Pour mieux évangéliser, secourir et être inspiré

Est-ce cesser d’être évangélique ?

Composé à Bangui le 12 Janvier 1994 13h01.

Extrait de Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena,CA : Trinity Press, 2002) p. 64

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2002.

Posted by: bongoyok | April 25, 2010

JE VIENS A TOI TEL QUE JE SUIS

Seigneur, me voici aujourd’hui

Couvert de mes vieilles lacunes.

Pour moi, ta lumière a luit

Depuis des journées et des lunes,

Mais j’ai résisté à ta voix.

Je suis tout craintif et confus ;

Semblable à l’enfant prodigue,

J’ai honte de tous mes refus,

De mes péchés et de mes digues,

J’ai désobéi à ta loi.

Mon Dieu ! Je suis un vrai pécheur.

Et je suis vraiment misérable.

Mon Dieu ! Je suis un vrai tricheur.

Mon parcours est très lamentable.

Aujourd’hui tu es mon seul choix.

Je viens à toi tel que je suis,

Pour que tu me sauves et laves.

Sauve-moi du mal qui poursuit,

De Satan dont je suis l’esclave.

Garde-moi près, tout près de toi.

Seigneur, à partir d’aujourd’hui

Je rejette l’idolâtrie,

De l’Ennemi  qui m’a conduit,

Loin de la céleste patrie.

Que Jésus seul vive en moi !

Désormais je veux t’obéir.

Inonde-moi de ta sagesse

Pour que je puisse te servir

Dans le manque ou la richesse,

Comme un bon sujet du Roi.

(Composé à Nairobi au Kenya  en Juillet 1996)

Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena, CA: Trinity Press, 2002) p, 61.

(c) Copyright, Moussa Bongoyok, 2002.

Posted by: bongoyok | April 19, 2010

POURQUOI SUIS-JE CE QUE JE SUIS?

Je suis une faucille

Mais j’aurais souhaité

Être une brindille

Qui parce que délaissée

Ne travaille pas tant.

Ah ! si j’étais brindille

Je vaudrais l ‘or qui brille !

Je suis une faucille

Mais ma forme bizarre

Est celle de chenille.

S’il n’était pas trop tard,

J’aurais choisi moi-même

Une forme que j’aime.

Pourquoi suis-je ainsi ?

Pourquoi suis-je ici ?

Pourquoi suis-je rassis ?

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Oh ! Je suis dépassé !

J’en suis vraiment lassé.

Écoute donc, faucille :

Vois, ta plainte vacille.

Crois-tu être plus sage

Que le Dieu de l’ouvrage ?

Il est le Créateur,

Admire sa grandeur.

O homme, tu n’es rien.

Écoute-moi très bien :

Qui est plus grand  que Dieu

Le Créateur des cieux ?

Ta connaissance est vaine,

Épargne donc ta peine.

Viens plutôt à Jésus ;

Ton cœur sera pourvu

Du seul et vrai bonheur,

De la gloire et des honneurs.

Et toutes tes questions

Auront leurs solutions.

Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena, CA: Positive Press, 2002) p. 44.

Posted by: bongoyok | April 10, 2010

FORTIFIE-TOI MON FRERE/MA SOEUR

Fortifie-toi mon frère

Persévère dans ta prière

Ton Seigneur est plus grand

Que les problèmes très géants.

Fortifie-toi toujours

Dans les bons et les mauvais jours

En lui est ta victoire

Sur le monde et sa vaine gloire.

Fortifie-toi en grâce

Suis les pas de celui qui trace

Mille merveilleux  plans

Pour chacun de tous ses enfants.

Fortifie-toi encore

Dans un instant viendra l’aurore.

Un cri retentira

Et Jésus  nous couronnera.

Ami(e) Fortifie-toi

Ton Rédempteur est avec toi.

Il donnera la force

A la lutte que tu amorces.

Extrait de Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena, CA : Trinity Press, 2002) P. 31

© Copyright, Moussa Bongoyok, 2002.

Posted by: bongoyok | April 3, 2010

LE CHRIST RESSUSCITE EST VAINQUEUR

Christ est ressuscité

En gloire, en dignité.

O ! que toute la terre

Chante haut sans se taire !

Christ est ressuscité,

Vive la liberté !

Les chaînes sont brisées

La haine est méprisée.

Christ a vaincu la mort

Pourtant si terrifiante

Christ a vaincu la mort

Elle n’est plus que fiente.

Christ a vaincu Satan

Et je suis bien content

Jadis plein de hardiesse

Il n’est plus que faiblesse.

Christ est ressuscité

Je suis en sûreté.

Qui me fera la guerre ?

Christ est Roi de la terre.

Tout genou fléchira

Et tout être dira

Que christ est le seul Maître

Des objets et des êtres.

Et quand viendra la fin

De ce monde enfin,

Je serai dans sa gloire

Chantant haut la victoire.


Tiré de Moussa Bongoyok Joyeux malgre la crise (Pasadena,CA: Trinity Press, 2002) p. 29.

(c)Copyright, Moussa Bongoyok, 2002.

Posted by: bongoyok | March 28, 2010

NE ME DIS PAS QUE TU ES MALHEUREUX

Ne me dis pas que tu es malheureux …

Une source de joie est près de toi,

Puises-y abondamment par la foi.

Ne me dis pas que tu es malheureux…


Ne me dis pas que tu es misérable…

Ne vois-tu pas la source de richesse

Qui est là, devant toi, impérissable ?

Abreuve-toi au ruisseau de promesses.


Ne me dis pas que tu es prisonnier…

Il y a une source de liberté

Qui n’attend  que ton seul consentement :

C’est Jésus-Christ, viens à lui sagement.


Non ! ne me dis pas que tu crains la mort

Car quelqu’un s’est donné pour ta survie.

C’est le Christ Jésus qui donne la vie,

Il s’occupera aussi de ton corps.


Ne me dis surtout pas que tu as peur

Des menaces de Satan, le sournois.

Christ pour toi, qui sera contre toi ?

Avance en paix, tu seras vainqueur.


Ne me dis pas maintenant que tu crains

De perdre tes richesses et ton train.

Il te donnera bien plus que cela,

Ne redoute rien, il te bénira.


Attache-toi à la voie du salut,

A celui qui donne  la paix de l’âme.

Et n’oublie pas, quand tu l’auras voulu,

De détruire tout ce qui est infâme.


Tiré de Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena, CA: Trinity Press, 2002) p. 39.

(c) copyright, Moussa Bongoyok, 2002.

Posted by: bongoyok | March 21, 2010

AVEC TOI, JESUS

Avec toi, Prince de paix

Fils du Dieu Très Haut

Chemin du bonheur parfait

Vivre, que c’est beau !

Alléluia ! Gloire à toi Seigneur !


Avec toi Seigneur de gloire,

Le pauvre pécheur,

Qui n’avait aucun espoir,

Est un serviteur

Alléluia ! Gloire à toi Seigneur !

Avec toi, ô Admirable !

Je suis bien comblé

D’un bonheur inexprimable

Qui n’est pas troublé !

Alléluia ! Gloire à toi Seigneur !

Avec toi, Seigneur mon Dieu !

Pour l’éternité,

Je chanterai dans les cieux

Toute ta bonté.

Alléluia ! Gloire à toi Seigneur !

Extrait de Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena,CA: Trinity Press, 2002) p. 47

Posted by: bongoyok | March 14, 2010

Mon enfant, donne-moi ton cœur

Mon enfant, donne-moi ton cœur

Je le veux  pour ton seul bonheur.

La vie que tu vis est trompeuse,

Sa finalité est honteuse.

Je suis le Dieu, ton Créateur.

Je suis aussi ton Rédempteur.

Pourquoi te trompes-tu toi-même ?

L’homme récolte ce qu’il sème.

Je vois tout et je connais tout

Moi le Très Haut, je suis partout.

Je connais tous tes mauvais actes

Ainsi que tes périlleux  pactes.

Mon enfant, donne-moi ton cœur

Et tu seras alors vainqueur

Du lien funèbre qui t’enlace

De tous les fardeaux qui te lassent.

Voici, tu es tombé très bas.

Voici qu’en vain tu te débats.

Mais je ne veux pas que tu meures.

Reviens, reviens dans ma demeure.

Repens-toi et je te pardonne

Saisis la main que je te donne.

Viens mon fils car je te convie.

Viens, viens et choisis la vraie vie.

Moussa Bongoyok Joyeux malgré la crise (Pasadena, CA : Trinity Press, 2002) p. 63

Older Posts »

Categories

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.